Digital Defenders Partnership

Vers l’axé du féminisme et de la décolonialité

DDP est un programme international qui vise à consolider la résilience des défenseur.e.s des droits humains en améliorant leur sécurité numérique à travers une approche intégrale et pérenne.

Vision

DDP ambitionne un monde où les DDH peuvent contribuer à la justice sociale tout en jouissant de la sécurité, du bien-être, de la liberté et de la dignité.

Mission

DDP est un programme international qui vise à consolider la résilience des défenseur.e.s des droits humains (ou DDH) en améliorant leur sécurité numérique à travers une approche intégrale et pérenne.

Nos principes d’orientation

Un engagement solide envers la promotion de la solidarité, la connexion, la coopération et un sens de la communauté dans des espaces de dialogue.

Le bien-être, l’indépendance, l’autonomisation et la dignité des personnes pour et avec lesquelles nous travaillons sont de la plus haute importance.

Un engagement à gérer toute information entrante de manière responsable et à la protéger contre toute divulgation inadvertante à des parties non-autorisées.

Englober l’unicité des individus et leur distinction au sein des communautés et des groupes, la diversité allant de caractéristiques comme la race, l’ethnie, le genre, l’âge, la situation de handicap, l’orientation sexuelle, le statut socioéconomique, l’éducation, et toute facette contribuant à l’identité, aux valeurs et aux expériences d’une personne.

À titre de mesure de justice, elle concerne le traitement juste, l’accès, l’opportunité et la protection de toutes les personnes.

C’est le fait de comprendre que nos programmes ne sont pas neutres dans les contextes où ils sont mis en place, lui sont invariablement caractérisés par l’injustice et le conflit sous leurs diverses formes.

Encourager les individus, les organisations et les réseaux à avoir et acquérir la propriété de leurs propres interventions et activités tout en soutenant leurs stratégies et leurs efforts.

Attitude de curiosité, innovation, réflexion et apprentissage transparent dans notre travail individuel et collectif.

Plan Stratégique 2024-2027 : Vers l’axé du féminisme et de la décolonialité

La Stratégie 2024-2027 de DDP est marquée par son engagement à placer le féminisme et les pratiques décoloniales au centre de tout son travail, par le biais d’une approche holistique qui va au-delà de la reconnaissance et de l’approche des questions en surface pour plonger au cœur des injustices systémiques qui menacent la sécurité numérique des défenseur.e.s des droits humains. La stratégie part d’une vision renouvelée, d’une mission et de principes d’orientation qui vont guider les ambitions et la trajectoire de DDP tout au long de cette étape de travail.

Objectif stratégique 1

Affecter plus de ressources souples et pertinentes à la sécurité numérique intégrale des DDH en danger (atténuation).

Objectif stratégique 2

Consolider et aider à la connaissance de la sécurité numérique des DDH, développer leurs capacités et leurs pratiques dans un contexte intégral (prévention).

Objectif stratégique 3

Aider au renforcement des connaissances, des capacités et des pratiques de sécurité numérique au sein de réseaux et de communautés d’envergure locale, régionale et mondiale.

Objectif stratégique 4

Renforcer l’infrastructure, la résilience et la durabilité de DDP.

Notre histoire

En 2012, les États membres de la Coalition pour la liberté en Ligne ont lancé le Programme des Défenseurs Numériques (Digital Defenders Partnership), un mécanisme de subvention d’urgence pour les activistes numériques menacés.

Les bailleurs de fonds qui soutiennent notre travail

Digital Defenders Partnership (DDP) fonctionne indépendamment de ses partenaires financiers et est administré par Hivos, l’Institut Humaniste pour la Coopération au Développement, une organisation internationale basée aux Pays-Bas qui fournit des fonds et met en œuvre des programmes visant à innover pour le changement social dans le monde entier.

De 2012 à 2022, DDP a reçu des fonds des ministères des affaires étrangères de l’Allemagne, de l’Australie, du Canada, du Danemark, de l’Estonie, de la Finlande, de la Lettonie, des Pays-Bas, de la République tchèque et du Royaume-Uni, ainsi que de l’Agence suédoise pour le développement international (SIDA) et du Département d’État américain.